La Viking Society for Northern Research est une société savante anglaise, qui a pour objet de promouvoir l'étude de la Scandinavie médiévale, notamment par la publication d'une revue, Saga-Book, et d'éditions, traductions, essais.

Logo de la Viking SocietyEn 1892, les membres de la Orkney and Shteland society of London, une société de secours destinée aux natifs des Orcades et des Shetlands fondée en 1819, furent invités à approuver la création d'une section à caractère social et littéraire, « vu le nombre croissant de jeunes hommes du Nord qui viennent à Londres ».

Le 5 mai 1892, une quarantaine de membres de la société approuvèrent la création du Viking Club, qui fut rebaptisé en 1912 Viking Society for Northern Research. T. McKinnon Wood en fut élu président, et Alfred Johnston secrétaire. Ce dernier joua un rôle majeur dans la fondation du club, et il en resta un acteur majeur pendant plus de cinquante ans.

L'une des caractéristiques du club était l'emploi de termes issus du passé norrois des Orcades ou des Shetlands. Ainsi, le président était le Jarl, le secrétaire le Law-Man, les membres les udallers, l'assemblée générale annuelle l'Al-ting, ou le règlement le Law-Book. Parmi ces termes, seuls Law-Book et Saga-Book, la publication annuelle du club, demeurent en usage aujourd'hui.

Des réunions se tinrent régulièrement, mais très vite se posa la question de la pérennité d'un club dont l'objet était si limité et les conditions d'adhésion si restrictives. C'est pourquoi, dès 1893, à l'initiative d'Alfred Johnston, l'adhésion fut ouverte à toute personne intéressée par les études nordiques. Ce changement provoqua un très vif débat, certains s'opposant à une réforme susceptible de diluer le caractère orcadien et shetlandais du club.

Le club, à ses débuts, suscita les railleries de certains titres de la presse londonienne. Ainsi, d'un article de la Pall Mall Gazette, qui tourna en dérision les « vikings [qui] boivent du thé », et se moqua des titres en usage au sein du club. Elles trouvèrent des échos dans la presse des Orcades et des Shetlands, où elles suscitèrent de longues controverses.

Cela n'a pas empêché, depuis plus d'un siècle, la Viking Society de promouvoir l'étude de la Scandinavie médiévale de différentes manières.

La Viking Society tient trois réunions annuelle (deux à l'University College de Londres, l'autre dans une autre université britannique), au cours desquelles sont évoquées des sujets en rapport avec l'histoire, la littérature, la musique, l'art, l'archéologie, la langue, le folklore, l'anthropologie du Nord. Elles ont accueilli les plus grands chercheurs, parmi lesquels Sophus Bugge, Eiríkur Magnússon, Finnur Jonsson, Axel Olrik, E. V. Gordon, Birger Nerman, Gabriel Turville-Petre, David Wilson, Peter Foote, Ursula Dronke, Jónas Kristjánsson, Sigurður Nordal, Einar Ólafur Sveinsson, Bo Almquist, Jan de Vries...

Couverture du premier volume de Saga-BookCouverture du premier volume de Saga-Book (1895-1897).La Viking Society publie depuis 1895 Saga-Book, qui paraît annuellement. Chaque volume comprend, généralement, une première partie rassemblant des articles et une seconde des notes et comptes rendus d'ouvrages, mais certains sont, occasionnellement, des monographies. Par le passé ont également été publiés les Old-Lore Series (1907-1946), consacrées aux Orcades, aux Shetlands et au nord de l'Écosse.

Traduction de la Heimskringla publiée par la Viking SocietyLa deuxième partie de la traduction de la Heimskringla par Alison Finlay et Anthony Faulkes, parue en 2014.La Viking Society publie aussi de nombreux ouvrages ayant trait à l'histoire et à la littérature nordique, en particulier dans ses Text series, collection fondée en 1950. Elle était initialement consacrée à l'édition de sagas accompagnées de notes et d'un glossaire, principalement à l'usage des étudiants. Le premier texte paru, en 1953, est la Gunnlaugs saga. La collection s'est ensuite élargie à des traductions et à des monographies. De très nombreux ouvrages sont également publiés hors série.

La Viking Society alimente également une bibliothèque. Faute de moyens, la bibliothèque de la Société s'est d'accord constituée à partir de dons et d'échanges, et elle était initialement conservée au domicile de Johnston. Elle est hébergée depuis 1931 à l'University College. Elle constitue aujourd'hui la bibliothèque la plus riche en son domaine du Royaume-Uni.

La Viking Society organise des évènements sociaux. Les concerts, en particuliers, les foys, tenaient une place importante durant les premières années. Le principal événement est aujourd'hui le dîner annuel, qui se tient depuis 1901. Il a parfois accueilli des invités d'honneur, tels que l'explorateur norvégien Fridtjof Nansen ou la présidente islandaise Vigdís Finnbogadóttir.

La Viking Society encourage enfin l'enseignement et la recherche. Elle a contribué au développement des études scandinaves en Angleterre, en participant à la création du département des études scandinaves à l'université de Londres en 1918, ou en créant un colloque des professeurs d'université de vieil islandais. Elle finance un fonds de soutien à la recherche. Elle s'adresse également aux étudiants, pour qui sont organisées des conférences, et qui peuvent se voir décerner des prix.

La Viking Society for Northern Research est dirigée par un conseil présidé depuis 2014 par Judy Quinn.

Sources

  • Townsend, J.A.B. The Viking Society : a centenary history. Saga-Book, XXIII (1990), 180-212.
  • Site officiel.