Þorkell inn hávi (« le Grand ») est, selon la tradition, l'un des vikings de Jómsborg. Il participa à plusieurs expéditions en Angleterre et, après la victoire de Knútr, fut nommé jarl d'Est-Anglie.

Egedius Uveiret under Slaget i HjrungavaagHalfadan Egedius, La tempête pendant la bataille de Hjørungavåg.
Illustration de la traduction de l'Óláfs saga Tryggvasonar par Gustav Storm dans Norges kongesagaer, bd. 1 (1899).
La jeunesse de Þorkell n'est connue que par l'intermédiaire des sagas1. Selon la tradition qu'elles rapportent, il serait le fils de Srútr-Haraldr, un roi ou jarl de l'est du Danemark (Sjælland ou Scanie) et d'Ingigerðr, et le frère de Sigvaldi, chef des vikings de Jómsborg, de Hemingr et de Tófa.

Avec les vikings de Jómsborg, il aurait pris part aux batailles de Hjörungavágr et de Svölðr2.

U 344La pierre runique U 344, située devant l'église d'Orkesta (Suède) évoque « Ulf [qui] a levé trois (Dane)gelds en Angleterre. Le premier (fut) celui que Tosti leva. Puis Torkel (en) leva. Puis Knut (en) leva10».Þorkell apparaît pour la première fois dans les sources anglo-saxonnes en 1009, date à laquelle il débarque en Angleterre à la tête d'une flotte qui ravage le pays3, et s'empare notamment de Canterbury dont l'archevêque, Ælfheah, est tué, malgré, à en croire la Chronique de Thietmar de Mersebourg (VII, 43), la tentative de Þorkell pour s'y opposer. Certaines sources justifient sa venue en Angleterre par le désir de venger son frère4. La paix est finalement conclue avec Æthelred en 1012, et la flotte rembarque.

Toutefois, Þorkell demeure en Angleterre avec quarante-cinq navires, et passe au service d'Æthelred5. Þorkell tire bénéfice de ce ralliement au roi d'Angleterre, dont il épousa peut-être l'une des filles6. Lors de l'expédition lancée par Sveinn Tjúguskegg en 1013, il demeure aux côtés du roi, et se retrouve notamment assiégé dans Londres en sa compagnie7.

Knútr débarque de nouveau en Angleterre en 1015. Þorkell participe à ses côtés à la conquête de l'Angleterre, comme l'atteste, par exemple, le Liðsmannaflokkr, mais la date de son ralliement demeure incertaine. Il est possible qu'il ait eu lieu dès l'arrivée de Knútr8.

La conquête est achevée, le pays est divisé en quatre, et Þorkell devient jarl d'Est-Anglie. Il occupe la première place parmi les compagnons du roi, et c'est sans doute lui qui est en charge du royaume lors du séjour de Knútr au Danemark en 1019-1020.

Mais il est banni en 10219. Seule la chronique de l'abbaye de Ramsey avance une explication : il y est question d'un parjure commis par Þorkell pour protéger sa femme, elle-même accusée d'avoir assassiné, avec l'aide d'une sorcière, le fils né du premier mariage de Þorkell.

Þorkell et Knútr apparaissent cependant réconciliés lorsqu'en 1023, le roi lui confia la régence du Danemark en même temps que la garde de l'un de ses fils, lui-même se chargeant de l'éducation du fils de Þorkell.

Þorkell n'apparaît plus dans les sources postérieures, et la date, tout comme les circonstances, de sa mort sont inconnues.

 


1 Fagrskinna, Heimskringla, Jómsvíkinga saga.

2 Seule l’Óláfs saga Tryggvasonar d'Oddr Snorrason mentionne toutefois sa participation à cette dernière.

3 Chronique anglo-saxonne, s.a. 1009.

4 Encomium Emmae Reginae, I, 2.

5 Chronique anglo-saxonne, s.a. 1012.

6 Florence of Worcester, Chronicon ex Chronicis ; supplément à la Jómsvíkinga saga.

7 Chronique anglo-saxonne, s.a. 1013.

8 Chronique de Thietmar, VII, 40 ; Encomium, II, 6.

9 Chronique anglo-saxonne, s.a. 1021.

10 Traduction de Lucien Musset dans Introduction à la runologie, Paris : Aubier-Montaigne, 1965, p. 385.